J'écris du Space Opéra - Épisode 2 - Les personnages & le point de vue du récit

Cette semaine, j'ai pas mal avancé sur mes personnages. J'ai fait 4 fiches pour mes 4 personnages principaux et ai évoqué en quelques lignes leur histoire, leur caractère, leur physique, etc. En revanche, j'ai décidé de repousser la création de mes méchants pour plus tard et me suis surtout concentrée sur le point de vue du récit. Allez, c'est parti, on va voir tout ça !





Créer les personnages principaux


Sur les 4 principaux cités plus hauts, il y en a une qui sera tout de même plus importante que les autres. Je ne vous dis rien de plus que son nom : Calypso.

J'ai toujours plus de facilité à construire les personnages féminins, peut-être parce que je suis moi-même une femme, je ne sais pas. Je sais que j'aime les créer rebelles et indépendantes, mais le reste varie bien sûr selon les histoires.

Je crois fermement que, pour créer un personnage auquel on peut s'identifier, il faut qu'il soit imparfait. J'ai en assez des personnages trop forts à la morale irréprochable. J'aime que mes persos aient une part d'ombre et des petits défauts qui les rendent insupportables. Cette fois-ci, je n'ai pas dérogé à la règle. Je me suis posée tout un tas de question : ont-ils des tics ? des phobies irrationnelles ? des petites manies ? Bien sûrs qu'ils en ont. À moi de les incorporer plus tard dans le récit.


J'aime aussi savoir d'où ils viennent, pourquoi sont-ils ainsi... Ce n'est pas tout de dire qu'un personnage est mélancolique ou colérique, c'est toujours bien d'expliquer pourquoi et d'intégrer l'histoire de sa vie au livre. Cela peut créer de chouettes intrigues secondaires, créer du conflit entre les personnages... Le but est vraiment de les rendre réels et de dépasser le cliché.


Revenons à mes 4 loustics... Je compte donc deux humains, un cyborg, et une bog (une de mes espèces extraterrestres). Je sais déjà que tous ne vont pas s'entendre et que certains échanges risquent d'être musclés, car leur caractères ne sont pas compatibles. Mais on aime le conflit, par ici, et le dramaaa.


Quid des personnages secondaires ?


Je ne m'occupe que plus tard des personnages secondaires et des méchants. Dans un premier temps, j'installe la trame de l'histoire et j'écris le début. Au fur et à mesure que mes personnages principaux rencontreront les secondaires, je compléterai la fiche si besoin, mais très souvent ils n'en ont pas. Une fois que je suis lancée, c'est assez clair dans mon esprit qui est qui.

Idem pour les méchants, j'aime en savoir le moins possible sur eux lorsque je commence une histoire. Ça m'aide à dispatcher les indices et être surprise moi-même parfois. Bien sur, je sais déjà à peu près qui ils sont et ce qu'ils veulent, mais je prends le moins de notes possibles. Rien n'est figé. Si je m'arrête sur quelque chose trop tôt dans mon écriture je risque d'avoir des idées fixes et, pour être quelqu'un de très têtu, mieux vaut éviter ça.


Le point de vue du récit


Après avoir fait mes petites fiches, j'ai entamé un début de synopsis. Je ne fais jamais de synopsis complet mais j'aime bien savoir où je vais pour les 5 premiers chapitres. Et puis en commençant mon programme, ça m'a saoulée de faire un livre en chapitres, encore un. J'ai eu envie de sortir un peu des sentiers battus, mais je ne savais pas trop comment m'y prendre.


Je ne savais pas non plus quelle voix utiliser. Je sais que la 1re personne du présent est très controversée et même si j'adore écrire ainsi, elle offre moins de liberté sur les descriptions. La 3e du passé est très bien, mais c'est tout de même la norme. J'ai du mal avec la 3e personne du présent, je la trouve trop brutale, trop sèche.


Donc, j'étais paumée. J'ai pensé à tous ces livres un peu originaux qui multiplient les points de vue. Par exemple, je suis en train de lire Illuminae, où on a de tout : rapports de mission, échange de mails, extraits de journaux intimes... Je trouve ça génial ! Et, en même temps, c'est un boulot titanesque. Je me souviens aussi que, gamine, j'avais adoré les Orphelins Baudelaire. Pour eux qui ne connaissent pas, le narrateur n'est pas un personnage principal et il prend la parole au début et à la fin de chaque tome pour dissuader les gens de lire la suite, car ce qui s'y passe est trop horrible.


Voilà où j'en étais dans ma réflexion. Et je me suis dit : bah fais un mélange meuf ! (oui je m'appelle souvent meuf, don't judge me).


On aura donc :

  • Un récit cadre (un récit dans le récit) avec un passage au début du livre et un autre à la fin. Même schéma pour le tome 2 (je vous ai dit que ce sera une duologie ? je vous le dis maintenant ahah). Le narrateur parlera à la 1re personne du singulier, et son identité restera secrète jusqu'à la fin (pour vous hein, pas pour moi).

  • Une narration au passé très centrée sur Calypso avec des chapitres classiques.

  • Des extraits du journal de bord de Grimm, calé entre chaque chapitre, avec une mise en page particulière. Grimm est l'autre humain de mon groupe. Cette narration sera aussi à la première personne.

Je n'ai pas la moindre idée de ce que ça va donner, mais je vais faire mon max pour que ce soit le plus clair possible.


Cet article est beaucoup trop long, je vais donc m'arrêter ici. Avec tout ça, j'ai une assez bonne idée de mon début et je vais commencer la rédaction lundi prochain ! Je vais recommencer une bonne morning routine à ma vitesse de croisière d'un chapitre par jour. Étant donné que je n'ai pas que des chapitres à écrire, j'augmente un peu mon objectif : un chapitre + un journal de bord chaque matin, soit entre 2500 et 4000 mots par jour.


Je vous laisse avec la chanson du générique des Orphelins Baudelaire, parce que j'ai dans la tête depuis que je vous en ai parlé, et qu'il y a pas de raison que ce soit juste moi. En plus c'est Neil Patrick Harris qui chante. Et on aime N.P Harris (Barney dans How I Met Your Mother).



Ne me remerciez pas, c'est cadeau !


La semaine prochaine l'épisode trois sera donc : essayer de ne pas louper son début de roman !


Bisous, Megära.


27 vues0 commentaire